RENCONTRE !

Avec Gonzague Gauthier, AKA CONSEIL, Conseiller et formateur en stratégies numériques

 

En 2018, à l'occasion des dix ans de la formation "Profession artiste" venez découvrir nos intervenants, leurs parcours, leurs spécificités...

Depuis quand interviens-tu au BBB centre d'art ?

C’était la deuxième fois cette année ! Mais j’espère que la collaboration sera longue et que d’autres projets verront le jour, car ce travail au sein d’un centre d’art m’apporte énormément dans mon métier. Ayant l’habitude de travailler avec des institutions culturelles ou des entreprises (en suivi de start-up du secteur culturel), être au plus près de la création est à la fois rafraichissant et une source d’informations et de points de vue particuliers sur le secteur.


Quels sont tes domaines d'intervention ?

Globalement, je touche à tous les sujets du numérique au service de la culture. En tant qu’AKA conseil et dans mon secteur d’activité, qui est le conseil en stratégies numériques pour le secteur culturel, j’interviens aussi bien pour penser des dispositifs de médiation numérique, des modèles économiques pour les startups culturelles, des stratégies de médiation, communication, fidélisation de communautés virtuelles ou in situ, etc.

J’ai une approche transversale que j’essaye également d’appliquer dans le cadre de la formation « Profession artiste » : comment le numérique peut-il apporter quelque chose au travail de l’artiste ? Non pas simplement en termes de visibilité, mais également en termes d’approche économique voire commerciale pour celles et ceux qui souhaitent vendre, de stratégie professionnelle pour celles et ceux qui souhaitent trouver des débouchées en termes de résidence ou d’exposition, de réseau pour se faciliter de possibles collaborations, etc. Il s’agit donc de partir d’un point de vue stratégique (que l’artiste veut-elle.il faire ? Quel est son objectif ?) à un point de vue pratique (qu’est-elle.il en mesure de mettre en œuvre ? Quels moyens a-t-elle.il ou doit-elle.il acquérir ?) en passant par des questions vraiment pragmatiques (doit-elle.il mettre un ou deux mots-dièses sur son post Instagram ? Est-ce qu’un site internet doit être une vitrine ou un geste artistique ? etc.)

Quel est ton parcours ?

Je viens de deux cultures : celles des cultural studies (études culturelles), où j’ai découvert la notion de transdisciplinarité. Il s’agit de comprendre un objet culturel en utilisant tous les outils méthodologiques et disciplinaires adaptés, sans se restreindre à des querelles de chapelles et donc en étant au plus proche de son intérêt. C’est une approche qui a émergé dans les départements de langue anglaises et américaines dans les années 70, qui se sont nourris de la french theory ; elle est donc éminemment politique pour peu qu’elle ne soit pas affadie par une lecture méthodologique française. Mais j’ai également une formation en Arts Plastiques, en université – un détail important, puisqu’il s’agit d’allier une approche pratique et théorique.
Tout cela m’a mené (par des chemins de traverse) à travailler pendant 8 ans dans une grande institution d’envergure internationale française de l’art contemporain, puis il y a un peu plus de 2 ans à monter ma structure, AKA conseil.

Comment procèdes-tu pour transmettre des notions et des compétences de communication à un public qui entretient une relation d’amour-haine avec la communication, notamment web ?

Dans le domaine de la culture, la relation aux sujets numériques est toujours sensible. Quand il s’agit en plus de la penser avec des objectifs de communication, c’est encore plus délicat ! Cependant, mon approche transdisciplinaire me permet justement de comprendre les enjeux des uns et des autres, les non-dits quant aux craintes du numériques ou encore les bonnes ou mauvaises représentations.

Ainsi, il n’est pas nécessaire de mettre en œuvre de grands discours : je préfère le dialogue et la mise en place d’ateliers. Au BBB, il y a beaucoup de choses à dire en trois jours de formation : environ une journée est dédiée à la mise en avant des bases, une journée au dialogue pour partir des besoins des stagiaires, et une journée à un atelier de mise en place où on tente de terminer par l’écriture de certains contenus. De courts ateliers d’observation, de mises en situation, d’analyse critique et d’autres approches métiers sont distillés au cours de la formation.

Globalement, au fil des années, j’introduis de plus en plus mes outils favoris : à savoir des prototypages, des jeux de rôle et encore plein d’autres petits outils issus du design thinking.

Quels sont les aspects principaux de la communication que tu considères essentiels pour les artistes ?

 Pour moi, l’enjeu principal pour les artistes, c’est de quitter la posture qui consiste à dire que se rendre lisible en ligne est un reniement de leur pratique artistique. Sans nier la nécessité de garder du mystère ou de la complexité, il faut que les artistes comprennent qu’un point d’accroche est essentiel pour que les amateurs, les conservateurs, les acheteurs ou n’importe quels membres du milieu artistique puissent comprendre qui est l’artiste, dans une concurrence numérique accrue. Juste un point d’accroche ! C’est tout ce qui est nécessaire. La présence numérique n’a pas besoin d’être didactique, commerciale ou affadie. Mais il ne faut pas qu’elle paraisse amateur, faute de s’y investir à reculons.