« Freux Follets »

Exposition collective

Dimitris Foutris, Michael Gumhold, Yuki Higashino, Julien Langendorff, Per-Oskar Leu, Andrew McLeod,  Steven Shearer, Julien Sirjacq, Sindre Foss Skancke, Erik Smith, The Bells Angels, Erik Tidemann, Torbjørn Rødland, Gisèle Vienne


Elodie Lesourd, commissaire invitée sur une proposition de Cécile Poblon

du 3 février au 16 avril 2016
vernissage | mardi 2 février |19 h
entrée libre et gratuite | du mardi au samedi 14 h-19 h

 

Elodie Lesourd est invitée par le BBB centre d'art à jouer le rôle de commissaire d'exposition. Pour faire suite à ses recherches, elle choisit le Black Metal comme opérateur de discours. Après avoir parsemé son travail plastique de référents inhérents à cette culture, elle approfondit l'analyse des rapports entre le Black Metal et l'art contemporain sous plusieurs formes : d'une première ébauche d'exposition collective « Svarte Sirkel » en 2007, à l'écriture d'un texte « Le Baptême ou la mort : Le Black Metal dans l'art contemporain, naissance d'une nouvelle catégorie esthétique » (écrit fin 2011 et publié début 2013) et d'autres collaborations avec le journal américain Helvete, l'élaboration de l'édition du journal CS consacré à son rapport au mouvement a définitivement scellé son lien au sujet. Ainsi « Freux Follets » s'annonce comme la mise en forme de ses réflexions et tente de montrer la force d'un tel télescopage.

 

hors les murs

conférence « Expériences esthétiques des musiques extrêmes »

mercredi 9 mars | 18 h 30 | tous publics | gratuit
Moulins Albigeois | 41 rue Porta, Albi

par Catherine Guesde, doctorante en philosophie esthétique

_en partenariat avec le Centre d'art Le LAIT et l'association Pollux - Albi
_plus d'informations sur notre site Internet et notre page Facebook

conférence « Black Metal et art contemporain : brève(s) histoire(s) »

mercredi 30 mars | 18 h | tous publics | gratuit
isdaT | 5, quai de la Daurade |
amphi A
par Jérôme Lefèvre, commissaire d'exposition indépendant et critique d'art

_en partenariat avec l'institut supérieur des arts de Toulouse - isdaT beaux arts
_plus d'informations sur notre site Internet et notre page Facebook

 

Revue de presse

France Culture : Les Carnets de la création, Aude Lavigne, diffusion le 12/02/2016 (8 min)- invitée : Elodie Lesourd

FMR : Les chemins de la bêtise, Philippe Pitet, diffusion le 12/02/2016 (54 min) - invités : Elodie Lesourd, Cécile Poblon, The Black Angels

 

 

« Freux Follets »

L'acacia abrite et nourrit des fourmis, celles-ci le protègent en retour. Si cette conjonction profite à ces deux instigateurs, elle se retrouve parfois dans l'art contemporain lorsque ce dernier puise sa matière dans une sphère autre, tout en élevant ce référent, en le fortifiant. L'art serait alors la fourmi et œuvrerait pour quelques acacias, qui dans leurs variétés les plus épineuses telles que le Black Metal, se voit redéfini. L'art, dans ses gestes d'emprunt et sa volonté d'entrer en possession, ne cherche pas simplement à exploiter un potentiel, il offre à ses acteurs et sujets la possibilité d'accéder à un nouveau statut, d'être contemplés sous un nouveau jour. Il permet ainsi de rendre la réalité plus attrayante, et peut-être saisissable. Dans les paysages obscurs de la culture underground, un phénomène malicieux voire maléfique, vif et fugace, brille plus que les autres. Sa flamme toujours en combustion peut tout autant éclairer que brûler. Il est le follet de la musique, et son fifre endiablé s'est transformé en massue. Le Black Metal est le champ de sang sur lequel se sont bâtis autant de mythes que de légendes. Certains artistes ont choisi de disperser le phosphorescent pour ne garder que l'essence.

L'exposition collective « Freux Follets » se présente ainsi comme la volonté de lever le voile, de faire l'exégèse d'une union aussi inattendue que le mariage du ciel et de l'enfer. S'appuyant sur les différents aspects de l'intrusion de ce sujet dans les arts plastiques - initiée de façon concomitante aux événements par l'artiste norvégien Torbjørn Rødland -, « Freux Follets » s'attache surtout à montrer la force du dépassement par l'acte esthétique. En effet, si les artistes réunis ici ont en commun d'avoir semé le même engrais, ce qui importe reste ce qu'ils en récoltent. Les œuvres partent toutes du Black Metal, pour mieux en partir au final. Il s'agit d'outrepasser la simple relation de ce mouvement musical à l'art contemporain pour mettre en lumière la singularité d'œuvres seules à même de sublimer ce matériau brut. Pour ce faire, la manipulation semble être le geste récurrent, qu'il passe par le travail habile de la main, ou par le détournement pernicieux et illusionniste. La multiplicité des procédés et intentions des manipulateurs accumule les preuves de l'étonnante capacité de l'art à donner au mouvement une extension de son champ d'existence.

Le Black Metal est régi par des codes, l'art en prélève et en révèle certains de manière elliptique ; ainsi le signe se saisit parfois par effleurements, et les collages de Julien Langendorff ou les sérigraphies de Julien Sirjacq, en sont les épiphanies. Ces codes sont à nouveau codifiés ou déployés. Michael Gumhold, The Bells Angels ou Per-Oskar Leu tentent alors par une sémiologie avisée de détourner, même avec ironie, ces règles. Le recours à l'histoire de l'art permet également d'établir des relations signifiantes - qu'elles passent par Cy Twombly, James Lee Byars ou l'architecture post-moderne - comme le révèlent respectivement les recherches d'Andrew McLeod, Erik Smith et Yuki Higashino. Le Black Metal se veut être le moyen d'accès à une certaine vision du monde teinté de romantisme noir et de satanisme, influences dépassées dans l'œuvre de Sindre Foss Skancke ; mais il se définit surtout par son désir permanent de transgression, basé sur l'affirmation et le refus, explicite dans la pratique d'Erik Tidemann. L'art tenterait dès lors de saisir l'insaisissable et d'exprimer l'inexprimable semblent nous suggérer les lignes incisives et singulières de Steven Shearer ; de même, dans sa capacité à magnifier plus qu'il n'évoque, ce sont les œuvres de Dimitris Foutris et Gisèle Vienne qui permettent d'affirmer que le signe est dépassé.

Des corbeaux messagers odinistes* auxquels ces artistes pourraient être comparés, aux phénomènes ardents qui éclairent nos connaissances, l'exposition se veut avant tout comme le témoin d'une rencontre aussi puissante que destructrice, et démontre que la collision de ces deux phénomènes peut faire naitre des œuvres d'une intensité absolue. Ces gloses sont à la fois radicales et accessibles, sombres et lumineuses, dévoilées et secrètes et nous invitent à porter notre regard au delà de l'horizon enneigé. Un mariage vénérable, bataillien, d'un sacré vécu comme « un moment de communion convulsive de ce qui est ordinairement étouffé ». « Freux Follets » est la démonstration d'un mutualisme révéré qui jouit sur les cendres d'un feu de joie.

- Elodie Lesourd, commissaire invitée

*qu'ils soient mythologiques ou réels comme le groupe Sale Freux

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard

© Yohann Gozard