Rencontre entre Nicolas Puyjalon et une classe de 4ème du collège Pierre Labitrie, BBB centre d'art 2020

Rencontre entre Nicolas Puyjalon et une classe de 4ème du collège Pierre Labitrie, BBB centre d'art 2020

Rencontre entre Nicolas Puyjalon et une classe de 4ème du collège Pierre Labitrie, BBB centre d'art 2020

Rencontre entre Nicolas Puyjalon et une classe de 4ème du collège Pierre Labitrie, BBB centre d'art 2020

Rencontre entre Nicolas Puyjalon et une classe de 4ème du collège Pierre Labitrie, BBB centre d'art 2020

Rencontre entre Nicolas Puyjalon et une classe de 4ème du collège Pierre Labitrie, BBB centre d'art 2020

Nicolas Puyjalon, performance au BBB centre d'art dans le cadre d'un Stand-up art, 2019

Nicolas Puyjalon, performance au BBB centre d'art dans le cadre d'un Stand-up art, 2019

Nicolas Puyjalon,

Nicolas Puyjalon, "Le monde englouti", 2015, ©Nicolas Puyjalon

Nicolas Puyjalon «  Le mont analogue » performance réalisée dans le cadre de l’exposition « PERFORMANCE, Empreintes et passages à l'acte à Astérides, 2013

Nicolas Puyjalon « Le mont analogue » performance réalisée dans le cadre de l’exposition « PERFORMANCE, Empreintes et passages à l'acte à Astérides, 2013

Résidence au collège Pierre Labitrie à Tournefeuille

Nicolas Puyjalon

de mars à avril 2020

La résidence

Nicolas Puyjalon sera présent dans le collège afin de faire découvrir aux élèves son métier, ses travaux, sa manière de créer. En déplaçant son atelier au sein du collège, Nicolas Puyjalon va pouvoir travailler sur un nouveau projet tout en rythmant ses journées par des temps de rencontres et d'échanges avec les élèves.
Ces temps de rencontres sont organisés le matin et l'après-midi avec les différentes classes du collège.

 

Projet de Nicolas Puyjalon

"Pendant le temps de la résidence, je me propose de poursuivre ma recherche en écriture. Envisager un travail sur la partition de performances, un travail pour un ou plusieurs performers. Un travail de mémoire. La trace, ce qui (ne) reste (pas). Un devoir de mémoire.

L'idée germe qu'à partir d'un corpus d'imagerie homosexuelle, et de figures déjà présentes dans mon travail et qui participent à la création de lieux fictifs, il serait temps de donner une « géographie à une civilisation PÉDÉ » à la fois personnelle et collective.
L'écriture de partitions serait l'occasion à la fois d'inventer et d'explorer ce « lieu qui n'existe pas » mais qui trouverait pourtant ses traces aux confins de l'art et l'archéologie/anthropologie.
Comme une nécessité aujourd'hui de faire histoire comme de produire des archives vivantes en liant des formes d'activismes LGBTQI à des pratiques artistiques."

Nicolas Puyjalon