Kiki Kogelnik

«Une vie sans art est une vie insensée»

Exposition 17.09 - 04.12.2021
Dans le cadre du Festival Le Printemps de septembre à Toulouse

KIKI KOGELNIK
«Une vie sans art est une vie insensée»

Commissaires : David Lemaire et Cécile Poblon 

 

Première monographie en France de Kiki Kogelnik dans un établissement public, l'exposition au BBB centre d'art est une entrée inédite dans le travailde l'artiste autrichienne, concentrée sur sa pratique au long cours du dessin. Son engagement artistique, vital, est ancré dans plus de quarante ans de pratique. L'émancipation ou l'assujettissement, en particulier des femmes, dans une société technicienne, en est la question fondamentale. Les voies artistiques qu'elle a explorées témoignent d'un positionnement et d'une pensée subversives et ironiques, douloureuses et libératoires. 


Kiki Kogelnik s'installe à New-York dans les années 60 et s'empare à bras le corps des révolutions de son époque, depuis l'art, Pop Art en tête. Enfant de la guerre et des vaincus, son histoire immédiate percute sa compréhension du monde et des révolutions en marche. Les potentiels et impacts possibles du développement de la société de consommation, des nouvelles technologies guerrières, scientifiques et de communications - soft et hard power - ainsi que le mouvement américain des droits civiques imprègnent l'ensemble de son œuvre. L'intime est politique. L'artiste s'est toujours mise en scène, ainsi que ses ami·es. -Dépouilles vinyle aux vifs monochromes. -Organes disséqués aux commentaires railleurs. -Autoportraits à la séduction publicitaire. -Empreintes technoïdes, ludiques et colorées. -Communautés anonymes, inactives, asexué·es, dépossédé·es. -Masques aux beautés chimériques. -Incarnations non genrées.
-Cyber organismes. -Humain·e et ou Objet et ou Sujet et ou Machine. -Thanatos et ou Eros. Ses peintures, sculptures, installations, performances et dessins traduisent la complexité et l'étrangeté d'être à soi, à l'autre, au collectif, dans une société équivoque. Les promesses d'un progrès social, sur les ruines d'un conflit armé planétaire, sont aussi des processus de déliaisons et une force d'anéantissement. «Une vie sans art est une vie insensée»* pour Kiki Kogelnik, dans le monde de l'art où les systèmes de cooptation et d'invisibilisation ont entravé l'autrice dans sa carrière. L'œuvre visionnaire et conscientisée de Kiki Kogelnik trouve aujourd'hui une plus juste place dans les récits artistiques et culturels.  

 

*Kiki Kogelnik, extrait de l'article paru dans NIGHT, vol. 2, n°7, 1979. Cité dans « Kiki Kogelnik Les cyborgs ne sont pas respectueuses », dir. David Lemaire, col. Art&Fiction Livres du Fonds, Musée des BeauxArts La Chaux-de Fonds, 2020

 

Co-production Le Printemps de Septembre et BBB centre d'art,
avec le soutien de la Kiki Kogelnik Foundation - New York et du Forum culturel autrichien,
avec la participation du Musée des beaux-arts de la Chaux-de-Fonds.

Kiki Kogelnik est née en 1935 à Bleiburg (Autriche), elle est décédée en 1997 à Vienne.

 

Sur une scène artistique majoritairement masculine, l'artiste d'origine autrichienne Kiki Kogelnik n'a cessé d'interroger le corps, alliant féminisme et technologie. En 1961, elle quitte son Autriche natale pour s'installer à New York. Ce changement de continent s'accompagne d'un changement de style. Ses œuvres toujours plus colorées délaissent l'abstraction pour aborder la question du corps, sous différents angles : social, médical et technologique. Elle observe que les corps façonnés par la société de consommation s'en trouvent dénaturés. Ils perdent tout relief, jusqu'à devenir des enveloppes vides, interchangeables et démontables, envoyés dans l'espace ou dispersés sous les bombes; c'est l'ambivalence du progrès. À la fois graves et légères, les œuvres de Kiki Kogelnik naviguent dans un monde à la fois dystopique et utopique où la science y est aussi oppressante et destructrice que libératrice et créatrice de sens.

Le travail de Kiki Kogelnik est régulièrement montré à l'occasion d'expositions personnelles et collectives : à la MOSTYN Gallery, Llandudno (2020), au Musée des beaux-arts de la Chaux-de-Fonds (2020), au Musée d'Art Moderne et d'Art Contemporain, Nice (2020), à la galerie Mitchell-Innes & Nash, New York (2019), à la Simone Subal Gallery, New York (2018), à la galerie Natalie Seroussi, Paris (2017), à la König Galerie, Berlin (2016) ou encore à la Modern Art Oxford Gallery (2015).

 

Kiki Kogelnik, « Red Scissors », 1965. Acrylique, émail et encre de Chine sur papier 54,8 x 38 cm. © 1965 Kiki Kogelnik Foundation. Tous droits réservés.

Kiki Kogelnik, « Red Scissors », 1965. Acrylique, émail et encre de Chine sur papier 54,8 x 38 cm. © 1965 Kiki Kogelnik Foundation. Tous droits réservés.

Kiki Kogelnik, « Sans titre (Suspensions) », c. 1970. Feuille de vinyle et encre de Chine sur papier 58 x 74 cm. © 1970 Kiki Kogelnik Foundation. Tous droits réservés.

Kiki Kogelnik, « Sans titre (Suspensions) », c. 1970. Feuille de vinyle et encre de Chine sur papier 58 x 74 cm. © 1970 Kiki Kogelnik Foundation. Tous droits réservés.

Kiki Kogelnik, « Sans titre (Femme) », c. 1970. Feuille de vinyle 71 x 51 cm. © 1970 Kiki Kogelnik Foundation. Tous droits réservés.

Kiki Kogelnik, « Sans titre (Femme) », c. 1970. Feuille de vinyle 71 x 51 cm. © 1970 Kiki Kogelnik Foundation. Tous droits réservés.

Kiki Kogelnik, « Sans titre (Libération de la femme) », 1970. Encre de Chine sur papier 43 x 35 cm. © 1970 Kiki Kogelnik Foundation. Tous droits réservés.

Kiki Kogelnik, « Sans titre (Libération de la femme) », 1970. Encre de Chine sur papier 43 x 35 cm. © 1970 Kiki Kogelnik Foundation. Tous droits réservés.

17.09 - 04.12.2021

Vernissage samedi 18.09, à 15h

Exposition dans le cadre du Festival Le Printemps de septembre à Toulouse

Horaires pendant le festival du 17.09 au 17.10.2021
Mercredi - dimanche
de 12h à 18h

Horaires du 20.10 au 04.12.2021
Mercredi - samedi
de 14h à 18h