La résidence au lycée professionnel Roland Garros, Toulouse

- dans le cadre du dispositif Occit'avenir de la Région Occitanie

Ce projet est né d'une volonté du lycée Roland Garros d'ouvrir les portes d'un des ateliers de l'établissement à un artiste durant un temps de résidence pour permettre aux élèves de découvrir un métier, une pratique, et plus généralement l'art contemporain.

Maxime Bondu s'installera pendant 4 semaine entre février et mai 2019 au sein de l'atelier Cervantès - plastique et composite -  de l'établissmenent. 
Son inscription au sein même de l'atelier fréquenté par les élèves, apprentis, adultes en formation permanente permettra de créer interactions et échanges tout au long de ce projet. Et une classe mènera un workshop avec l'artiste.

Courant mai, une exposition clôturera la résidence, en offrant un rayonnement de ce projet à l'ensemble de l'établissement et au-delà.

Maxime Bondu

Maxime Bondu est né en 1985 à Tournan-en-Brie ; il vit et travaille à Gaillard en Haute-Savoie, en périphérie de Genève. Après des études en Histoire de l'Art et archéologie à l'Université de Marne-la-Vallée, en 2009 Maxime Bondu obtient son diplôme de l'Ecole Supérieure d'Art de Brest. Son travail s'accompagne d'une dimension collaborative et curatoriale. Cofondateur de Monstrare, il mène depuis 2012, le Monstrare Camp, une expérience communautaire au sein d'un domaine troglodytique de 30 000 m2 à Dampierre-sur-Loire. Depuis 2015 il développe Bermuda, un site d'ateliers d'artistes mutualisés à la frontière franco-suisse. Maxime Bondu est représenté par la Galerie Jérôme Poggi à Paris.

Pratique artistique

La production artistique de Maxime Bondu met en œuvre une esthétique spéculative de la découverte qui est contemplée et interprétée à travers un miroir mimétique. Lorsque que ce n'est pas un fait historique ou un espace précis, ce sont les découvertes qui sont génératrices de projets. Puisant dans des univers variés, à la fois archéologue, chercheur, ingénieur, historien, explorateur et conteur, Maxime Bondu cherche à affabuler et à construire. Il est souvent question d'Histoire, de technologie, d'information, de spéculation, de probabilité, de fragments et de déplacements. Si son travail utilise souvent la méthode de la réplique parfois hautement technologique, le terrain qu'il lui attribue produit des formes inattendues relevant de la réinvention empirique ou d'une tautologie à contre-emploi, l'une et l'autre finalement productrices d'angles d'approche divergents.

L'artiste a bien compris le pouvoir des sources sur le savoir historique et celui de l'imaginaire sur le réel. Ses incursions dans différentes temporalités, réelles ou fictives, s'emploient à rappeler que le cours de l'histoire n'a rien de figé et qu'il se transforme sans cesse à l'aune des nouvelles interprétations qui en sont faites. L'objectivité et l'impartialité souhaitées par le chercheur sont impossibles et dans le récit historique, les hypothèses sont forcées de cohabiter avec les faits certifiés. On comprend alors l'intérêt de l'artiste pour la littérature d'anticipation, qui ne procède finalement pas autrement : faisant acte de spéculation, dans le futur, à partir de données avérées, dans le présent. Son travail, fait de reconstructions et de simulacres, est dès lors une invitation à se saisir de cette part d'incertitude irréductible, constitutive de notre réalité.

Le choix de Maxime Bondu s'est imposé en regard des compétences et spécificités du Lycée professionnel Roland-Garros. Le travail avec des matières et produits issus d'une technologie de pointe, celle des matériaux composites, ouvre un champ d'expérimentation artistique en résonance avec ses préoccupations et investigations.

 

 

Le projet

de Maxime Bondu

"Le vol du Pan"

"Un phénomène aérospatial non identifié (PAN) est - selon la terminologie du Centre national d'études spatiales et de son service, le Groupe d'études et d'information sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés - un phénomène atmosphérique ou extra-atmosphérique dont la nature demeure inexpliquée. Une liste anormalement courte pourrait comprendre ceci : 19 février 1945, à Prague, un disque volant aurait été lancé, se serait élevé en 3 minutes à une altitude de 15 000 m et aurait atteint une vitesse de 2 200 km/h. Il avait pour rotor des cornes de Koodoo. 1954 le St. Louis Post-Dispatch et The San Francisco Examiner, rapportent le témoignage de Donald Keyhoe, l'ancien militaire affirme que l'US Air Force aurait détecté deux satellites en orbite terrestre. 1998, les images prisent lors de la mission américaine  STS-88 montre un objet céleste que certain qualifieront de Chevalier Noir"

Maxime Bondu

Durant son temps de production au lycée professionnel Roland Garros de Toulouse, Maxime Bondu tentera de reproduire un rotor probable de moteur à implosion, dessinée par Viktor Schauberger pour le 3e Reich et travaillera à la modélisation du Chevalier noir selon les prises du vue de la mission STS-88 en association avec une classe de l'établissement. Parallèlement, des rencontres avec l'artiste, en présence de la médiatrice du centre d'art, seront proposées  avec d'autres classes.