Matthieu Saladin
« Temps partiels II. Flextime »

La pratique de l'artiste, musicien et chercheur Matthieu Saladin s'inscrit dans une approche conceptuelle de l'art, réfléchissant aux rapports entre art et société du point de vue économique et politique. Le second volet de son exposition « Temps partiels » matérialise l'engagement critique de Matthieu Saladin par une dizaine d'interventions inédites, spécifiquement conçues en écho avec le contexte du centre d'art. Comme son titre l'introduit, « Flextime » analyse les logiques et modes opératoires qui déterminent notre rapport au travail et plus particulièrement à sa temporalité, depuis l'âge industriel jusqu'à la dominante néolibérale du présent. Les œuvres font irruption au sein de la vie du lieu : elles proposent un planning de travail au ralenti, dérégulent le mécanisme de l'horloge, rythment chaque jour avec la commémoration d'une grève, analysent l'impact dans les sondages ou la résonance médiatique des mouvements sociaux, réduisent l'intensité de l'éclairage selon des indicateurs issus de la sociologie de travail... L'ensemble des propositions est porté par une scénographie composée avec le mobilier de travail de l'équipe.

 

artiste, chercheur, musicien
né en 1978 | vit et travaille à Rennes et Paris
représenté par la galerie Salle Principale, Paris

 

Plus d'informations :
- site de Matthieu Saladin
- site de la galerie Salle Principale, Paris

exposition du 9 octobre 2019 au 18  janvier 2020

du mercredi au samedi | 14h-18h

entrée libre et gratuite

vernissage samedi 9 février | 17h-20h

Puisque les retrouvailles sont toujours plus agréables que les séparations, à la rentrée, le BBB centre d'art vous propose de reprendre les nouvelles de Marie Voignier, Matthieu Saladin et Dominique Mathieu, les protagonistes des projets initiés au premier semestre de l'année. Conçue pour les 25 ans du centre d'art, cette programmation en plusieurs actes trouve ainsi son dénouement, qu'il soit tissé de continuités, de précipités de lenteurs ou de ruptures radicales. La diversité des formes (atelier de fabrication de pancartes, cinéma, performances, publications, œuvres sonores...) n'est qu'un reflet de celle des questionnements. Comment la construction d'un discours conditionne la pensée ? Une institution artistique peut-elle servir de miroir grossissant aux injustices passées et présentes de la société ? Un engagement esthétique est-il possible sans engagement politique ?

 

 

Émile Ouroumov,
directeur et curateur (par intérim)